Les projets des clubs - Groupe Solidarité Tamounte, Avignon | 21 janvier 2011 par Valérie Gensonnet - Animatrice du club du lycée Saint Joseph d’Avignon - Groupe Solidarité Tamounte Solidarité avec le village de Zaouit Sidi Ahmed Maroc

Projet de lycéens d’Avignon au Maroc ; construction d’une ferme d’élevage, d’une fromagerie et de bassins à spiruline.

Développement solidaire au sud Maroc : appel à soutien.

Depuis 2002 notre association Tamounte composée de lycéens d’Avignon œuvre pour développer des projets dans un petit village du sud de l’atlas marocain.

La particularité du projet est d’avoir réuni les jeunes par delà la méditerranée malgré tous les préjugés pour créer ensemble ! www.zaouitsidiahmed.org Le projet est né de rencontres, se nourrit de rencontres avec des personnes désireuses de donner beaucoup …l’idée était d’aider quelque jeunes hommes à créer des activités économiques pour rester vivre dans leur village. L’idée m’a séduite ! Le challenge était intéressant car un ensemble de micros projets allaient voir le jour en concertation totale avec les habitants.

Nous avons alors décidé de respecter une « charte » de bonne conduite tacite…

** Concertation absolue dans les choix des projets. Les 3 jeunes hommes porteurs des projets pour leur village ont toujours travaillé de concert avec nous. Hors de question d’imposer une quelconque vision européenne ! Les expertises ont été communes. Il était important de connaitre le territoire pour poser des projets solides. ** préserver la vie culturelle locale, l’identité du village par des projets adaptés aux conditions d’un village désireux de ne pas voir sa vie trop bouleversée. Le choix s’est porté sur des micros projets agricoles. ** préserver un environnement fragile (notamment la petite oasis), préserver l’eau rare, ne pas malmener la terre, valoriser le potentiel local : le soleil.

Les choix se sont donc portés sur une ferme d’élevage bovin laitier et d’engraissement et une fromagerie.

Pour cela nous avons creusé 3 puits, remis en cultures des parcelles abandonnées faute d’eau, formé les jeunes hommes. Le but étant toujours de valoriser ce qu’il y avait sur place. A titre d’exemple la ferme est bâtie en terre …une terre issue du village, isolante, gratuite et belle. La ferme se fond dans se paysage désertique.

Notre association a toujours eu la chance de trouver des partenaires dévoués, des professionnels tels un vétérinaire, des fromagers etc. ! Un système inspiré du wooffing nous a permis de les recevoir régulièrement au village ce qui nous a crée des liens étroits entre nous, un réseau solides de compétences. Le réseau d’eau que nous avons financé permet aujourd’hui d’assurer une partie des cultures consommées par nos vaches, les grignons issus du petit moulin à huile récemment ouvert assurent un complément alimentaire de choix. Un filtre Uv purifie l’eau. Le solaire représente un nouveau challenge. Dans le village situé prés de Ouarzazate le soleil brille toute l’année... le réseau électrique est peu performant dans le village. Aussi le solaire est à la fois devenu une évidence et une nécessité. C’est à l’ occasion du dernier projet en cours que nous avons pu nous lancer dans l’achat des panneaux : une ferme à spiruline. www.atlaspiruline.com

L’idée de départ est partie d’un constat : de l’eau, aucune pollution, du soleil, de la chaleur…la spiruline pouvait y trouver son paradis.

Après une expertise stricte aidée encore une fois par un professionnel nous nous sommes lancés. La spiruline aujourd’hui pousse dans un premier bassin sous une serre, brassée par des roues à aubes activées par de petits panneaux solaires. L’expérience est probante : on se lance. Mais voila la difficulté est de réunir les fonds pour acheter la totalité des panneaux indispensables soit environ 2000 euros à trouver très vite pour lancer nos nouveaux bassins. Sans panneau pas de culture de spiruline. Cette spiruline sera en partie distribuée aux enfants dans le cadre d’un projet santé que nous développons doucement en parallèle des autres projets. L’activité aquacole a créé ainsi un troisième emploi au village.

Actuellement nous pouvons être relativement satisfaits car les projets d’hier sont devenus de petites entreprises qui font vivre plusieurs familles. Des enfants sont nés. C’est pour cette raison que nos appels à partenaires prennent tout leur sens : il serait dommage de ne pas achever le projet spiruline, et d’arrêter le développement du solaire. Car dans un avenir proche nous voulons faire tourner la fromagerie de telle manière. Être indépendant de l’électricité.

Les donateurs sont devenus plus rares sous prétexte de crise économique mais soyons réaliste... La crise nous touche t- elle vraiment au point de ne plus rien donner... en sachant en plus que la loi Coluche permet de déduire 66% du don... Être partenaire permet aussi pour une entreprise de se positionner sur le créneau de la solidarité active et efficace. Des partenaires sérieux sont déjà à nos cotés : la fondation Rotary, des Lions Club, Marathon des Sables, le rallye des Gazelles, des partenaires privés etc. ! Il ne faut pas que les mots développement, solidarité, partenariat soient vains…le Sud a besoin d’un Nord qui peut faire encore beaucoup de petites actions qui permettent à des gens pauvres de voir leur vie changer totalement et vivre mieux.

www.atlaspiruline.com