Ramadan ou ramadhan (en arabe رَمَضَانramadān) est le 9e mois du calendrier musulman. Ce mois marque, pour les musulmans, le début de la révélation du Coran faite à Mahomet. Afin de sanctifier ce mois, il a été décidé que les musulmans pratiqueraient un jeûne ou sawm صَوْم :

«  Le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été prodigué comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc quiconque d'entre vous est présent en ce mois, qu'il jeûne !  »
    — Coran 2:185 (chapitre 2 Al-Baqarah, verset 185)

Le jeûne de Ramadan

C'est le quatrième pilier de l'islam. Un abus de langage courant, dans la langue française, consiste à employer « Ramadan » pour le jeûne lui-même plutôt que le mois, par métonymie.

C'est une obligation pour les musulmans. Ce devoir a été révélé au mois de châban de la deuxième année après l'Hégire par ce verset :

«  Ô vous qui croyez, le jeûne [as-Siyâm] vous est prescrit comme il l’a été à ceux qui vous ont précédé, ainsi atteindrez-vous la piété. »
    — Coran 2:183 (chapitre 2 Al-Baqarah, verset 183)

Il fait partie des pratiques les plus importantes de l'islam. Les musulmans se réjouissent de son approche : c'est le mois des bienfaits, des actes d'obéissance et des bénédictions. C'est dans la tradition musulmane le meilleur mois de l'année, qui contient la meilleure des nuits, laylatou al-qadr (la nuit du destin), durant laquelle les musulmans prient et lisent le coran, puisqu'il est dit que les souhaits exprimés au Seigneur avec foi sont exaucés au cours de cette nuit, par la volonté de Dieu.

Pour les musulmans, jeûner, c'est s'abstenir pendant la journée de ce qui rompt le jeûne (nourriture quelconque, boissons, relations sexuelles,consommation de tabac etc. sont interdites de la pointe de l'aube jusqu'au coucher du soleil), en ayant fait l'intention la veille (en niya). C'est une obligation pour tout musulman pubère, sain d'esprit, capable de jeuner et en bonne santé. Toutefois, le jeûne est interdit aux femmes qui ont leurs règles car elles sont considérées comme impures et déconseillé ou qui viennent d'accoucher, aux personnes malades ou en voyage... qui rattraperont le mois de jeûne avant le jeûne de l'année suivante ou, à défaut, feront une action bénéfique envers un esclave ou des pauvres (voir "Causes de rupture du jeûne"). Jeuner, c'est aussi s'évertuer à maitriser ses membres pour les empêcher de commettre des actes blâmables au vu de la morale et du droit islamique. C'est surtout faire tout son possible pour que ses actes ne soient source d'aucune nuisance pour les créatures de Dieu, qu'elles soient humaines ou non, musulmanes ou non musulmanes, et que l'on soit, à travers ses faits et gestes, ses regards et ses paroles, vecteur de la miséricorde de Dieu pour l'univers.

Spirituellement, le jeûne du corps doit conduire au jeûne du cœur, c'est-à-dire que le musulman doit travailler sur lui-même pour développer en lui ses qualités telles que bonté, bienveillance, patience, persévérance, justice, solidarité, fraternité... et réduire et supprimer en lui ses défauts tels que égoïsme, individualisme, hypocrisie, médisance, jalousie...

 

Détermination du début du mois

Pour les musulmans, le jeûne du mois de Ramadan devient obligatoire dans l'un des deux cas suivants :

  1. lorsque le mois de châban a atteint trente jours.
  2. lorsque le croissant de lune du mois de Ramadan est aperçu, la nuit précédant le trentième jour de châban, conformément à la parole du prophète Mahomet (rapporté par Al-Boukhari et Mouslim) « Jeûnez à la vue du croissant et interrompez le jeûne à la vue du croissant et si l'observation est gênée par des nuages par exemple, poursuivez le compte de châban à trente jours ».

Celui qui a vu le croissant de lune de Ramadan doit jeûner et il est devenu un devoir de jeûner à celui qui ne l'a pas vu mais a été informé par un musulman juste, libre, et qui n'est pas connu comme étant menteur. Cependant, lorsqu'il y a un désaccord sur le premier jour de jeûne comme c'est souvent le cas, il faut suivre la majorité des musulmans : il est interdit de jeûner ne serait-ce qu'un jour en décalage avec la masse des musulmans.

Obligations du jeûne

Pour les musulmans, les obligations de jeûne sont au nombre de deux :

  1. L'intention de jeûner : Il est formellement interdit de formuler l'intention à voix haute, ceci est une innovation, bida'a. Cette intention ne doit pas se faire à voix haute, elle se fait intérieurement.
  2. L'abstinence des choses qui rompent le jeûne : depuis l'apparition de l'aube véritable jusqu'au coucher du soleil.

Cependant, il est autorisé à certaines personnes de reporter le jeûne ou de ne pas avoir à l'effectuer:

  1. La femme en période de menstruations ou de lochies et la femme enceinte
  2. Le voyageur peut décider de le reporter à condition que la distance à parcourir autorise le raccourcissement de la prière.
  3. Le malade : il peut rompre le jeûne en raison d’une maladie dont on craint son aggravation ou sa prolongation à cause du jeûne.
  4. Les personnes âgées faibles
  5. Les enfants impubères

 

Causes de rupture du jeûne

Selon le droit musulman, les causes de rupture de jeûne sont nombreuses. Parmi elles, il y a :

  1. Se nourrir : ne serait-ce qu'un grain de sésame ou boire ne serait-ce qu'une goutte d'eau ou de médicament, si on le fait consciemment et sans avoir oublié qu'on est en état de jeûne;
  2. Les "gouttes" ne rompent pas le jeûne ni l'injection dans la peau, le muscle ou les veines, tant que ces injections ne sont pas nutritives.
  3. Fumer (par ailleurs, le tabac est également interdit le reste de l'année selon la majorité des oulémas)
  4. Boire
  5. Ejaculation volontaire (masturbation), cependant, selon certaines écoles, cela ne rompt pas le jeûne.
  6. L'évanouissement [qui dure] toute la journée : (pour) quiconque (qui) s'est évanoui toute la journée de l'aube au coucher du soleil, son jeûne n'est pas valable. Il en est de même pour celui qui est atteint de folie, ne serait-ce qu'un instant.
  7. Se faire vomir : en mettant son doigt ou quelque chose du même genre dans la bouche pour provoquer la sortie du vomi de l'intérieur. Par contre, le jeûne n'est pas rompu par un vomissement involontaire du moment qu'on n'en avale rien.
  8. Avoir des relations sexuelles.
  9. L'apostasie : par l'une de ses trois sortes : par la croyance, l'acte ou la parole.

Ces exemples ne sont pas exhaustifs. Pour plus d'informations, voir les liens externes.

Celui qui a rompu un jour de jeûne du mois de Ramadan sans excuse valable s'est chargé d'un péché. Il doit de ce fait se racheter devant Allah. On distinguera deux cas :

bulletSi l'acte était involontaire (boire alors qu'on faisait les ablutions...) ou dû à un oubli (gouter à la nourriture quand on était en train de cuisiner, boire alors qu'on se rafraichissait le visage...), il n'est pas nécessaire de rattraper le jour de jeûne, on le poursuit.
bulletSi le jeûne a été rompu volontairement, le musulman se doit dans ce cas de se racheter, pour chaque jour rompu, et plusieurs façons sont possibles : affranchir un esclave (si on en possède), jeûner 60 jours consécutifs (si on en est capable), ou nourrir 60 pauvres (si on en a les moyens).

Il est interdit de jeûner le jour de la Fête de la fin du jeûne (entre autres).

 

Le but de ce mois

Le mois de Ramadan est pourtant pour un musulman plus qu'un jeûne, c'est un mois de recueillement, de compassion envers les personnes les plus pauvres. C'est le mois du pardon et du jeûne. Siam, en arabe, signifie s'abstenir, se retenir de. Appliqué à la religion, le mot a pris le sens de renoncer par piété à tout ce qui est considéré comme étant susceptible de rompre le jeûne, c'est-à-dire de manger, boire, avoir des rapports intimes, un mauvais caractère ou comportement et cela depuis l'apparition de l'aube jusqu'au coucher du soleil.

Durant ce mois, les sunnites du monde entier se recueillent pour effectuer les prières (surérogatoires) dites de tarawih.

Selon Abu Hurayra : « Que celui qui a l'intention de jeuner un jour, ne dit ni de grossièretés ni d'obscénités. Si quelqu'un l'injure ou l'attaque qu'il répète : "Je suis en¨jeûne" »

L'abandon du jeûne de Ramadan

Selon l'unanimité des oulémas, la personne qui abandonne volontairement et sans excuse valable le jeûne du mois de Ramadan tout en reconnaissant son obligation est dans le péché, mais ne sort pas de l'islam. Par contre, les savants musulmans divergent sur l'abandon de la prière : beaucoup d'entre eux avancent que le jeûne du mois de Ramadan sans la prière (qui est le deuxième pilier le plus important de l'islam) n'est pas accepté.