http://www.orderofmalta.org/missione.asp?idlingua=3

La Mission de l'Ordre

L'Ordre de St-Jean de Jérusalem est l'une des plus anciennes institutions de la chrétienté. Présent en Palestine dès les années 1050, cet ordre religieux laïc puise ses origines dans la tradition militaire ainsi que dans celle de la chevalerie et de la noblesse. Parmi ses 12.500 membres, on compte des frères profès ainsi que des Chevaliers en Obédience.
Les autres Chevaliers et Dames sont des laïcs dévoués à l'exercice des vertus chrétiennes et de la charité. Tous se distinguent par leur volonté de tendre à une perfection spirituelle au sein de l'Eglise et de mettre leur énergie au service des déshérités et des malades.

L'Ordre de Malte demeure fidèle à ses principes fondateurs que résume la devise " Tuitio Fidei et Obsequium Pauperum ", protection de la foi et service des pauvres, principes qui se concrétisent par le travail bénévole effectué par les Chevaliers et les Dames de l'Ordre dans le domaine de l'aide humanitai
re et médico-sociale. Aujourd'hui, l'Ordre exerce sa vocation dans plus de 120 pays à travers le monde.

Caractéristiques de l'Ordre   

Sujet de droit international public, l'Ordre possède sa propre constitution, ses propres institutions et émet des passeports et des timbres. Le 78e Grand Maître, Frà Andrew Bertie, a été élu à vie à la tête de l'Ordre en 1988.

L'Ordre entretient des relations diplomatiques avec plus de 96 pays, dont beaucoup ne sont pas catholiques, il est représenté officiellement auprès des principaux Etats européens, de la Commission Européenne et des principales organisations internationales. L'Ordre de Malte est neutre et apolitique, ce qui lui permet d'assurer un rôle de médiateur entre des Etats en conflit

L'Ordre et la République de Malte

L'Ordre est récemment retourné à Malte, après avoir signé un accord avec le gouvernement de l'île qui lui confère la jouissance exclusive du Fort Saint Ange pour une période de 99 ans. Situé dans la ville de Birgu, le Fort a appartenu aux Chevaliers à partir de 1530 et jusqu'à l'occupation de l'île par Napoléon en 1798. Aujourd'hui le Fort, récemment restauré, est le siège d¹activités historiques et culturelles de l'Ordre de Malte.

L'Odre de Malte va a nos cotés nous aider dans notre projet de Caisse Santé  et nous allons ainsi essayer d'aider la personne atteinte de leucémie .

De notre coté le Groupe Solidaire fidèle a ses principes participera à la journée Mondiale contre la Lèpre et organisera une collecte de lunettes pour l'Ordre.

contact ? tifaoutfrance@yahoo.fr

Activités de l'Ordre de Malte

Fidèle à sa vocation, l'Ordre est au service des pauvres, des malades et des déshérités: il apporte aujourd'hui dans plus de 120 pays une assistance médico-sociale, des secours de première urgence en cas de conflits armés ou de catastrophe naturelle, met en place des actions en faveur des jeunes et des formations de secourisme.
Si l'Ordre peut mener à bien ses activités, c'est grâce au dévouement de ses 12 000 membres, d'environ 80 000 bénévoles permanents ayant reçu une formation appropriée et de 11 000 salariés, du personnel médical en majorité.
Les organisations nationales de l'Ordre (comprenant les Grands Prieurés, les Sous-Prieurés, les Associations Nationales, les fondations et organismes d'assistance et de secours) sont chargées de coordonner les activités de l'Ordre dans les pays où il est présent. Les institutions permanentes - comme les hôpitaux, hospices et maisons pour personnes âgées - sont dirigées soit directement par les Prieurés ou les Associations, soit par des organismes spécialisés de l'Ordre.

 

Les services d'assistance et le corps ambulancier

Le travail des bénévoles s'effectue principalement au sein des organisations d'assistance et de secours et des services d'ambulanciers de l'Ordre. Ils assurent les premiers soins, les secours en cas de catastrophe naturelle et les services sociaux. De plus, un travail de fond est accompli en faveur des jeunes. Trente pays ont mis sur pied des organisations similaires. Depuis la fondation d'un corps ambulancier en Irlande il y a plus de 60 ans (1938), les services d'assistance se sont développés et sont devenus l'une des principales activités de l'Ordre. Les unités de secours créées en Europe centrale et en Europe de l'Est ont également connu un succès et un essor considérables après la chute du Mur de Berlin ce qui a permis à l'Ordre de développer ses activités et d'impliquer dans sa mission un grand nombre de personnes venues lui prêter main-forte. L'engagement chrétien se traduit ainsi sur le terrain de manière organisée, en exprimant la volonté d'une communauté socialement responsable. L'expansion des services d'assistance témoigne de la vitalité de la mission de l'Ordre et de l'attrait qu'il suscite.

 

Hôpitaux, centres et programmes médicaux

La plupart des hôpitaux de l'Ordre se trouvent en Europe, principalement en Allemagne, en France, en Belgique, en Angleterre et en Italie. Il s'agit en majorité d'établissements à vocation généraliste. L'hôpital de l'Ordre à Rome est spécialisé en neurologie (traitement et rééducation). Ceux d'Angleterre et de Belgique, ainsi que certains établissements en Allemagne, disposent de services pour les malades en phase terminale qui y sont traités par des spécialistes en soins palliatifs. Des unités analogues existent aussi en Argentine, en Italie, aux Etats-Unis, en Afrique du Sud et en Australie. Depuis quelques années, le soin aux malades en phase terminale dans les hôpitaux, dans les hospices et à domicile, est devenu l'une des priorités de l'Ordre. Une prise en charge médicale complète, assurée par des bénévoles spécialement formés, dans un environnement qui respecte les principes de la foi catholique, telle est la thérapeutique que l'Ordre offre à ces malades.

En plus des centres médicaux et des établissements hospitaliers situés en France, et dont elle a la responsabilité, l'Association française gère des hôpitaux et des dispensaires au Bénin, au Togo et au Sénégal. Sous la Présidence du Grand Hospitalier de l'Ordre, celle-ci est également responsable du fonctionnement de la maternité de la Sainte-Famille à Bethléem en Palestine, depuis 1990, où plus de 36 000 bébés ont vu le jour. Au Sénégal, au Cameroun et au Cambodge, l'Ordre assure le fonctionnement de plusieurs léproseries.

Le combat contre la lèpre dans les pays du tiers-monde constitue depuis longtemps l'une des principales missions de l'Ordre. Grâce au CIOMAL - le Comité International de l'Ordre de Malte - dont le siège se trouve à Genève, l'Ordre conduit le programme national contre la lèpre au Cambodge et apporte son aide dans ce domaine à d'autres pays, notamment au Brésil. Le CIOMAL a récemment étendu son action au traitement des femmes enceintes séropositives dans le but d'éviter la contamination entre la mère et l'enfant. En Argentine, un projet dans ce domaine est en train de donner des résultats très significatifs.

L'Ordre assure aussi le fonctionnement de nombreux centres médicaux à travers le monde. Des établissements pour le traitement des diabétiques ont été créés en Italie. Une institution similaire spécialement réservée aux enfants existe à Prague, en République Tchèque. La majorité des dispensaires de l'Ordre est concentrée au Liban et au Salvador. Ces structures médicales, mises en place au moment où ces pays étaient en proie à la guerre civile, constituent aujourd'hui une partie importante de leur système national de santé. Des centres médicaux ont également ouvert leurs portes en Pologne, en Hongrie, aux Etats-Unis, en République Dominicaine, au Brésil, au Pérou et en Afrique du Sud. En outre, dans les pays en voie de développement, l'Ordre soutient - et dirige parfois - de nombreux hôpitaux, centres médicaux et dispensaires. Dans diverses régions africaines touchées par des conflits armés, l'Ordre a assuré la gestion de ces structures pendant une courte période et a réhabilité certaines d'entre elles. Dans la région des Grands Lacs ainsi qu'au Kerala, en Inde, l'Ordre apporte son appui pour la mise en place de services de santé publique élémentaires. L'Association française soutient des institutions médicales dans de nombreux pays d'Afrique de l'Ouest et à Madagascar. Une importante contribution à ce travail est fournie par le système de collecte et de tri de médicaments organisé par l'Ordre de Malte en France, une action qui a été approuvée par l'Organisation Mondiale de la Santé (l'OMS).

À maintes reprises, l'Ordre de Malte, par l'intermédiaire de l'Association allemande, a pris le relais des missions de paix de l'ONU en assurant le suivi de la prise en charge médicale des populations (Amérique Centrale, Koweït, Timor Oriental, Balkans).

 

Établissements et services d'aide pour les personnes handicapées

En France, l'Ordre compte 5 centres médicaux hautement spécialisés qui accueillent les personnes atteintes de handicaps lourds. Des établissements pour les handicapés existent également en Hongrie, en Équateur et au Liban. L'Ordre organise par ailleurs de nombreuses activités à leur attention, parmi lesquelles des pèlerinages annuels à Lourdes et dans d'autres lieux saints, des camps d'été pour les jeunes handicapés et un service de transport pour les malades, principalement en Allemagne et en Écosse.

 

Établissements et services d'aide pour les personnes âgées

L'assistance aux personnes âgées s'est nettement développée. L'Ordre dirige de nombreux centres spécialisés en Angleterre, en Allemagne, en Espagne en Autriche, aux Etats-Unis, au Chili et au Mexique. Dans différents pays, toute une série de services destinés à faciliter le maintien à domicile des personnes âgées a été développée, par exemple la livraison de repas, l'organisation de transports et de visites, des aides pour faire les courses et un système d'appel d'urgence.

 

Action en faveur des enfants et des adolescents

Au Brésil, au Mexique et au Chili, l'Ordre s'est investi dans une série de programmes destinés aux enfants qui vivent dans les favelas. À Sao Paulo, l'Ordre dirige depuis de nombreuses années une institution modèle qui apporte un soutien important sur le plan médical, social et éducatif et met sur pied des programmes de formation pour les mères célibataires.
À Mexico, notre association dispose d'une école avec internat.
À Porto, au Portugal, il existe une maison d'accueil pour des jeunes filles en difficulté sociale.
Des crèches traditionnelles fonctionnent au Brésil, en Allemagne, en Italie et en Afrique du Sud. L'Ordre dirige des programmes pour des adolescents en difficulté sociale en Allemagne. Un autre aspect important de l'action de l'Ordre est le travail accompli auprès des jeunes dans les services d'assistance ou des groupes de formation où les enfants et les adolescents acquièrent, en fonction de leur âge, les techniques des premiers secours, en même temps qu'ils apprennent à être socialement responsables.

 

Les personnes sans abri et les toxicomanes

L'Ordre dirige des maisons d'accueil pour les personnes sans abri en Belgique, en France, en Suisse, en Hongrie, en Allemagne, en Italie et aux Etats-Unis. En Allemagne et au Portugal, l'Ordre s'investit également auprès des toxicomanes; l'Association nationale du Portugal notamment gère un centre de réhabilitation qui leur est destiné.

 

L'aide humanitaire d'urgence

L'aide humanitaire aux victimes de catastrophes naturelles ou de conflits armés constitue l'une des missions traditionnelles de l'Ordre, mission avec laquelle il a renoué au milieu du XIXe et qui a connu des temps forts pendant la première et la seconde guerre mondiale. Cette activité s'est intensifiée dans la seconde moitié du siècle dernier. Parmi les principales opérations d'aide humanitaire, on peut citer: l'aide aux réfugiés pendant la crise hongroise de 1956 ; l'installation et la gestion d'un hôpital durant la guerre du Vietnam ; une campagne d'aide humanitaire en Thaïlande qui s'est étalée sur de nombreuses années ; l'assistance médicale durant les guerres civiles du Liban et du Salvador ; l'aide aux réfugiés pendant le conflit kurde et dans la région des Grands Lacs en Afrique ; diverses actions de grande ampleur durant la crise des Balkans en 1999 ; l'aide aux sinistrés des tremblements de terre qui ont touché le Frioul, en Italie à la fin des années 1970, l'Arménie en 1989, l'Italie en 1997, la Colombie et la Turquie en 1999, le Salvador en 2000 et l'Inde en 2001 ; l'aide aux victimes des cyclones et des inondations successives qui ont frappé l'Ukraine, la Hongrie, la Roumanie et le Honduras en 1998, la Pologne en 1999 et le Mozambique en 2000 et 2001.

Plus récemment, à Goma, au Congo à la suite de l'éruption volcanique et l'inondation en République Tchèque, en 2002.

Malteser International, le corps international de secours de l’Ordre, intervient en première ligne dans les catastrophes naturelles ou les conflits armés, et assure la continuité des actions de secours sur place.

Le caractère neutre et apolitique de l'Ordre lui permet d'effectuer des opérations de secours dans des situations où d'autres organisations ne peuvent intervenir que difficilement. Dans ce domaine, l'action de l'Ordre est facilitée par la présence de ses représentants diplomatiques auprès des Etats concernés.

Chaque fois que cela est possible et judicieux, l'Ordre met en place des programmes de reconstruction et de réhabilitation pour assurer le suivi des secours d'urgence. Dans les Balkans, il effectue un énorme travail en coopération avec le UNHCR. Des missions semblables ont été effectuées au Mozambique, au Salvador et en Inde et à présent dans les différents pays africains suivants: Angola, République Démocratique du Congo, Ethiopie, Kenya, Mozambique, Soudan, Ouganda, Zimbabwe, Afrique du Sud.

 

Les réfugiés

L'une des vocations traditionnelles de l'Ordre est d'aider les réfugiés et tous les demandeurs d'asile: il dirige actuellement, en Allemagne et en Thaïlande, des établissements et des programmes spéciaux. L'Ordre soutient aussi régulièrement des opérations de secours en faveur des réfugiés lorsque les situations de crise l'exigent.

 

Le financement des activités de l'Ordre

Avant tout, il convient de bien réaliser l'exceptionnelle diversité et variété des interventions et des activités de l'Ordre dans chaque pays ou région du monde.

Seules les propriétés détenues de longue date par l'Ordre en Italie et en Autriche contribuent au financement des charges administratives. Hormis cette source de revenu, l'Ordre ne possède que des établissements à vocation médico-sociale. Les collectes de fonds sont donc essentielles pour le maintien et le développement de ses activités.

En Europe du sud et de l'ouest principalement, de nombreux établissements et programmes à caractère médico-social sont intégrés aux systèmes de santé et aux organismes sociaux publics qui les subventionnent en grande partie. Les dons provenant des membres ou de personnes extérieures contribuent également à la réalisation de nombreux programmes, souvent de manière décisive. Les activités de l'Ordre sont financées par les Prieurés et les Associations nationales, comme c'est le cas pour l'Allemagne, la France et les Etats-Unis ; elles le sont également par des subventions de l'Union Européenne, par la participation de gouvernements, par des dons privés et des dons provenant des fondations. Il en va de même pour l'aide d'urgence internationale: en France et en Allemagne surtout, des centaines de milliers de donateurs privés soutiennent les activités de l'Ordre par leur générosité. Lorsque le financement est assuré conjointement par les autorités locales, les organisations internationales et les grandes fondations, l'utilisation des fonds réunis est soumise à des conditions très précises et très restrictives, ces budgets ne pouvant être alloués qu'à des projets déterminés à l'avance. En revanche, les dons privés provenant de membres ou de personnes extérieures permettent aux différents organismes de l'Ordre de répondre de manière rapide et efficace à des situations de crise comme à des besoins qui ne cessent de changer.

Toutes les associations, activités, fondations, hôpitaux, dispensaires de l'Ordre sont régulièrement soumis à un contrôle financier externe effectué par des experts indépendants qui veillent à ce que les budgets soient exécutés conformément aux lois et aux usages en vigueur dans chaque pays. À ces contrôles locaux s'ajoutent ceux de la Chambre des Comptes de l'Ordre, auxquels sont également soumis les comptes de tous ces organismes.

 

 

mément aux lois et aux usages en vigueur dans chaque pays. À ces contrôles locaux s'ajoutent ceux de la Chambre des Comptes de l'Ordre, auxquels sont également soumis les comptes de tous ces organismes.