La kermesse

 

Aller vers Zaouit site   http://www.zaouitsidiahmed.com

Le  texte initial du projet Enfant Capital d'Avenir http://www.zaouitsidiahmed.com/article-1657595.html                                                                                                                      

Une des partie du programme de ce troisième séjour consistait a organiser au coté des jeunes des cinq villages partenaires a l'organisation d'une kermesse sous forme de stands de jeux  pour l'ensemble de enfants des trois écoles primaires avec lesquelles le lycée saint joseph Avignon s'est jumelé

Cette kermesse étant l'occasion de réunir enfants et parents des cinq villages dans la perspective de lancer le chantier du pole commercial.

" L’expérience menée au village de Zaouit Sidi Ahmed depuis 2002 consiste à montrer que l’économie peut remplir un rôle majeur dans le développement humain des communautés villageoises du Maroc. La fonction première de cette économie est bien évidemment de fournir de l’emploi à des populations rurales afin de leur éviter l’exode vers les agglomérations urbaines. Mais cette économie devient majeure dans sa fonction quand elle se positionne comme un moteur de développement non plus seulement pour la seule fourniture de moyens de subsistance mais en devenant un terrain d’épanouissement de la personne humaine, non plus seulement au service des seuls individus mais pour le bien entier des communautés.

Cette économie devient ainsi solidaire parce que celui qui l’entreprend, l’acteur économique, est devenu responsable, et donc solidaire.

Le projet « enfant, capital d’avenir » est ainsi la deuxième phase de l’expérience menée puisqu’il est fondé sur le sens de responsabilité et donc sur la volonté de solidarité du groupe des jeunes entrepreneurs de Zaouit Sidi Ahmed : c’est en tant qu’entrepreneurs qu’ils vont être les moteurs de l’organisation d’une économie entre leur village et les trois autres villages immédiatement voisins au service de l’amélioration des conditions d’éducation de la population porteuse d’avenir, l’enfance.

réunion préparatoire .. motivés??

Le projet comprend trois volets d’action :

1 Le premier consiste à établir au cœur de la zone d’intervention une activité économique qui permette de générer localement et dans la durée le financement des activités d’éducation au profit de l’enfance. L’observation de l’environnement économique du territoire a permis d’identifier la meilleure des solutions d’entreprise : un pôle de commerce solidaire.

L’enclavement géographique des villages concernés (4 villages) oblige les populations à se rendre au Douar de Tabourate (à 2 km sur la route Ouarzazate – Marrakech) ou au Douar de Iimdline (pour le souk hebdomadaire - à 5 km sur la route Ouarzazate – Marrakech) pour opérer leurs achats en tout genre. La distance imposée, l’absence de moyens de transport, la présence périodique de l’oued (qui sépare les villages de la zone routière) sont un pénible labeur qui disparaîtra par l’implantation sur le territoire des quatre villages d’un pôle d’activité commerciale :
- alimentation générale, légumes frais,
- boucherie / poissonnerie
- café / restauration / salle TV sat / salle de lecture
- galerie d’artisanat d’art

Ce pôle d’activité commerciale sera solidaire car l’ensemble des bénéfices engrangés par les 4 commerces servira à financer la politique d’action d’un Comité Education Inter-Villages.

A ce jour, quelques petits magasins d’alimentation existent dans chacun des villages mais ne fournissent pas tous les produits (peu de produits alimentaires, pas de légumes, pas de boucherie, pas de droguerie / quincaillerie, pas de galerie) et pratiquent des prix plus élevés qui amènent la majeure partie de la population à faire le déplacement jusqu’à la grand route. La fourniture d’un choix complet, de produit de qualité, à des prix compétitifs permettra de répondre aux besoins de la population de quatre villages, soit 3500 personnes.

Les atouts du projet économique :

- L’offre commerciale de proximité, diversifiée, de qualité et à prix compétitif (service de livraison)
- La dimension solidaire du projet commercial est l’axe majeur de son bon fonctionnement et de sa réussite durable : les populations savent que l’activité commerciale sert à financer les activités pour leurs enfants.
- La dimension éthique du projet : le prix de revient des produits est connu de tous, la gestion est collégiale, l’organisation du travail est rigoureuse. La confiance qui s’établit entre les clients et les commerces permet une appropriation du lieu par les clients. Le projet économique permet dans la durée de lancer professionnellement plusieurs jeunes.
- La présence d’un lieu de restauration type « café » est l’un des principaux atouts dans le sens où l’objectif recherché est de susciter la venue du maximum de personnes et leur fixation sur le lieu de commerce. Le lieu doit devenir un point de rendez-vous amical et familial : se rafraîchir, regarder un documentaire sur le monde (TV satellitaire), regarder un match de football, lire, discuter, découvrir les tapis de la voisine, parler de l’éducation…
- Le lieu doit devenir le point de convergence de dons au profit de l’éducation des communautés rurales (recherche de partenariat solidaire avec des grands fournisseurs de produits alimentaires ou autre). La période estivale servira à mobiliser les soutiens des marocains de l’étranger. Ce groupe de population à haut pouvoir d’achat trouvera dans le lieu les conditions de détente dont il a l’habitude et les raisons claires de l’expression de sa solidarité avec sa communauté.


2 La seconde étape consiste à mettre en place un Comité Education Inter Village (CEIV) réunissant les personnes concernées par l’éducation des enfants sur le territoire cible. La mission du CEIV est triple :

- être une instance de concertation (pour une connaissance plurielle et partagée des situations et donc des besoins)
- être un collège de programmation (pour la définition des meilleures réponses possibles face aux besoins et l’organisation des politiques d’action)
- être une force de développement (pour le maintien de la qualité de l’environnement éducatif au niveau des besoins futurs et des solutions nouvelles)

C’est le CEIV qui se charge de décider de l’affectation des sommes générées par le Pôle Commercial de Solidarité ainsi que toute autre finance mobilisée par le projet.
 

3 En un troisième temps, le projet prévoit la mise en place d’une « Maison de l’enfant » destinée aux enfants en âge préscolaire et scolarité primaire mais aussi aux mères et à toutes personnes concernées. Sa mission est de proposer :

- des activités d’éveil et d’apprentissage pour les enfants avant scolarisation
- des activités d’éveil, d’apprentissage et de soutien scolaire pour les enfants scolarisés
- des activités de soutien éducatif aux enfants non scolarisés
- des services aux mères en difficultés ou en demande de conseils
- le renforcement des activités éducatives au sein des 3 écoles primaires.

C’est le lieu dynamique du soutien à l’enfance sur le territoire : l’équipe de la «Maison de l’enfant» met en œuvre la politique enfance décidée collégialement au sein du Comité Education Inter-Villages, et ce sur l’ensemble de son territoire de rayonnement.

C’est aussi le lieu de convergence des solidarités externes (marocaines et étrangères) vis à vis du projet ou plus généralement vis-à-vis de l’enfance : le lycée St Joseph d’Avignon (France), premier parrain éducatif du projet, tout comme les futurs partenaires soutiens qui seront mobilisés, trouveront dans l’équipe de la « Maison de l’enfant » l’interlocuteur responsable qui saura faire fructifier les divers apports pour le bien des enfants de tous les villages. " éric Anglade  http://www.zaouitsidiahmed.com/article-1657595.html
 

LES ATELIERS

p align="center"> LES ATELIERS

html>