Interview de Gilles Michel Vétérinaire

Il y  a 6 mois nous avons reçu un courrier de Gilles qui se proposait de nous aider sur la partie élevage du projet. Pour nous cette aide a été précieuse. Nous avions de gros problèmes que nous ne parvenions pas à régler seuls. Les services de l’office agricole de Ouarzazate étant disponible mais l’expertise que Gilles allait  nous offrir en restant sur place était alors plus fine. Sur une semaine  Omar, Hassan et Ouassel  on prit le temps d’apprendre, de poser des questions, de comprendre et de réaliser les gestes de bases.

Dés son premier séjour en juin 2009  Gilles a su par ses conseils relancer notre petit élevage. Il nous a accompagnés une seconde fois en octobre dernier offrant des formations en soins, des conseils en nutrition. En relais nous sommes toujours en contact avec Monsieur Bader le vétérinaire de Ouarzazate. Gilles  étant  très présent par téléphone !

 

Gilles s’est prêté au jeu des questions/ réponses …Interview

Tamounte : Pourquoi as-tu  accepté d’aider ce projet  en particulier ? 

J’aimais l’idée de ce petit projet qui allait grandir .Un projet de développement simple et clair.  J’ai déjà participé à ce type de projet dans d’autres régions.

Ce qui me plaisait c’était   d’offrir de la formation auprès des éleveurs, c’est le cœur de mon travail : rendre les gens autonomes et efficaces.

Tamounte : As-tu déjà aidé ce type de projet ?

Oui au  Burkina Faso et  au Togo .Nous avions un programme visant à former  des conseillers d’élevage en brousse.

On donne  aux agriculteurs des éléments pour se débrouiller seuls là où les services vétérinaires locaux sont déficients pour toutes sortes de raisons. Je travaillais avec une ONG  « Santé Sud ».

J’ai également travaillé dans les  Philippines auprès d’enfants.

En France  je fais les mêmes formations auprès d’éleveurs locaux pour qu’ils puissent se débrouiller seuls en soin d’urgence.

 Tamounte : Quels conseils leur donnerais-tu ?

Le projet ici a déjà abouti, donc je suis assez confiant, l’évolution semble très bonne .Il va leur falloir maintenant  gérer la ferme pour dégager des bénéfices.   Eclaircir leurs objectifs. Travaillent-ils pour le lait ? La viande ? Quel marché est visé ?

La Phase technique est au point, il leur reste maintenant à définir la phase commerciale.

 Gilles, humainement et professionnellement parlant qu’est ce que ce projet t’apporte ? 

Je cherche les échanges, c’est le plus important .Je veux donner…autant que recevoir. Je reçois beaucoup. Humainement, techniquement. 

C’est cela pour moi la Coopération  nord/ sud.